BRADERIE DE LILLE
Édition 2019

Samedi 31 août et dimanche 1er septembre

© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich
© Daniel Rapaich

© Anaïs Gadeau

© Anaïs Gadeau

C’est une véritable institution !

L’évocation de Lille est forcément liée à sa braderie. Le plus grand et le plus célèbre des marchés aux puces d’Europe se déroule chaque premier week-end de septembre.

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

S’y côtoient des Lillois, bien sûr, mais aussi des métropolitains, des visiteurs venus des quatre coins de France, ou encore de Belgique, des Pays-Bas, du Royaume-Uni…

Le web et les réseaux sociaux ont également popularisé l’événement à l’autre bout du monde et on entend parler américain ou japonais dans les allées.

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

Impossible de faire un comptage exact ! Mais une estimation révèle chaque année qu’environ deux millions de bradeux arpentent les rues lilloises à la recherche de bonnes affaires. Et ils ont de quoi faire ! Sur une centaine de kilomètres, 10 000 stands leur tendent les bras.

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

Tradition éternelle pour un plat incontournable : le tas de coquilles de moules d'abord dégustées avec des frites !

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Anaïs Gadeau

© Anaïs Gadeau

Le saviez-vous ?

© Valérie Pfahl

© Valérie Pfahl

Aux États-Unis se trouve une braderie dix fois plus longue que son homologue lilloise ! La Highway 127 Yard Sale s'étend sur plus de 1100 km en traversant six états, du Michigan à l'Alabama !

Elle a été imaginée en 1987 par un élu local qui souhaitait encourager les automobilistes à travers les bourgades du Tennessee et du Kentucky au lieu d'emprunter les autoroutes.

Depuis, pendant un week-end d'août, les vendeurs vident leurs greniers devant chez eux, dans les terrains de sport ou les cours d'école, en bord de route. Et c'est donc en voiture que les badauds s'y promènent !

Quant à la braderie la plus longue dans le temps, c'est en Pologne qu'elle se déroule. La foire de de la Saint-Dominique, à Gdansk, dure trois semaines. Également née d'une foire médiévale, comme à Lille, elle s'accompagne de nombreuses animations.

Elodie De Vreyer

La braderie de Lille, une "dame" très ancienne !

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

Les spécialistes s’accordent à dire que peu de traces historiques permettent de définir de façon certaine son origine.

La braderie apparaît pour la première fois dans un texte du XVe siècle. Une "franche foire" médiévale est évoquée, rendez-vous annuel où les commerçants venus d’ailleurs avaient exceptionnellement le droit de vendre leurs marchandises, sans taxes.

Puis ce sont les domestiques qui obtiennent le droit de vendre les objets démodés et autres vieilleries de leurs patrons et s’y retrouvent dans les rues. À leurs côtés, des vendeurs écoulent des volailles et harengs qu’ils font rôtir.

Une explication est ici avancée sur la naissance du mot « braderie ». En néerlandais, rôtir se dit braaden. D’où le glissement de braderij (rôtisseurs) à braderie.

Planche extraite de Lille ancien monumental, édité par Edouard Boldoduc. © Bibliothèque municipale de Lille.

Planche extraite de Lille ancien monumental, édité par Edouard Boldoduc. © Bibliothèque municipale de Lille.

"Mais la braderie, dans son sens couramment admis de marché de l'occasion, semble surtout se développer au XIXe siècle. La pauvreté des ouvriers de l'époque explique probablement cette évolution", remarque Élodie De Vreyer dans son ouvrage "La braderie, une histoire lilloise".

"Les rues sont alors pleines d'authentiques vieilleries, de chemises sans col et de chaussures éculées. Lille est alors une ville où l'on fait la fête, où l'on boit un petit coup entre deux négociations et un tour de manège (...). La grande presse bourgeoise a boudée cette braderie du XIXe siècle mais les chansonniers l'ont célébrée. Ils racontent un événement pittoresque, colorée et facétieux.

Vue sur la rue de Béthune lors de la Braderie - Archives municipales de Lille – 7Fi888

Vue sur la rue de Béthune lors de la Braderie - Archives municipales de Lille – 7Fi888

Alexandre Desrousseaux, l'un des plus célèbres d'entre eux, créateur du célèbre "P'tit Quinquin" a écrit :

"Oui, j'veux vous canter l'Braderie, Lille, ch'jour-là, n'est qu'un marqué, Car tous cheuss qui ont de l'vieuserie, S'dépêch'nt à s'en débarrasser, Les pov's, les riches (...), Pour quéq's sou on a des défroques, D'quoi s'faire des drol's d'accoutermints (...), Des dintellières, S'mètte'nt in bergères, Et, l'long de l'ville, i fait tout bacchanal, Ch'est à ch'ti qui f'ra l'pus drôl'de geste (...)"

Extrait du Grand Hebdomadaire illustré du 9 septembre 1923 - Archives municipales de Lille

Extrait du Grand Hebdomadaire illustré du 9 septembre 1923 - Archives municipales de Lille

Le chansonnier décrit aussi les visiteurs de plus en plus nombreux qui débarquent en ville. La notoriété de la braderie lilloise va croissante. Des trains spéciaux sont même mis en place dès la fin du XIXe siècle. En 1910, la presse annonce fièrement le chiffre de 200 000 visiteurs, une estimation déjà invérifiable (...).

Mise à mal pendant et entre les deux guerres mondiales, la braderie de Lille renaît avec les soixante-huitards venus s'amuser et militer sur le plus grand des marchés à ciel ouvert".

Vue générale de la braderie de septembre 1976 prise sur la Grand place - Archives municipales de Lille – 1C3/8

Vue générale de la braderie de septembre 1976 prise sur la Grand place - Archives municipales de Lille – 1C3/8

EN PRATIQUE

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

Du samedi 31 août à 8 heures au dimanche 1er septembre à 18h.

Le périmètre est principalement concentré dans les quartiers Lille-Centre et Vieux-Lille, ainsi qu’à Wazemmes avec la rue Gambetta.

© Anaïs Gadeau

© Anaïs Gadeau

Le plan est ici et toutes les infos pratiques !

Vous voulez vendre ?

Celles et ceux qui habitent dans les rues autorisées à la braderie peuvent s'installer devant leur domicile, en partageant l'espace avec leurs voisins s'ils vivent en immeuble.
Des emplacements sont également mis à disposition des Lillois, Lommois et Hellemmois résidant en dehors des rues autorisées à la braderie en fonction des places disponibles.

La réservation est obligatoire pour tous.

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

Brader, c'est gratuit ! À noter que Lille fait figure d'exception en France, les braderies étant souvent facturées au mètre linéaire. La Braderie de Lille est payante uniquement pour les brocanteurs, antiquaires, professionnels et non-professionnels non lillois dont l’emplacement est réservé, ainsi que pour les food trucks et les friteries.

Comment réserver ?

Vous voulez acheter ?

Sillonner les rues au gré de ses envies ou se préparer un parcours "sur mesure", chacun a sa façon de vivre la braderie !

© Anaïs Gadeau

© Anaïs Gadeau

Sachez que l'axe de la chine, avec les brocanteurs et antiquaires, se trouve sur les boulevards Louis XIV, de la Liberté, avenue du Président Kennedy, dans les rues adjacentes et le long de l’Esplanade.

La braderie en trente secondes, c'est ici !

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich

© Daniel Rapaich